Les Descendants des Fréchette inc.  
Planète Internet
  • Découvrez le talent exceptionnel de Maude Fréchette-Gagné qui, en compagnie de son complice, Jean-Yves Saint-Pierre, nous fait découvrir des chants et des instruments anciens, dont l’origine remonte parfois au 13e siècle. Ces instruments sont reproduits à partir d’images anciennes et pour la plupart, inconnus de nos jours. Leur exquise sonorité est exploitée à merveille par les chants de notre duo. Félicitations à Maude pour ce talent si bien mis en valeur.

  • Léandre Wenceslas Théophile Fréchet a publié en 1879 un livre bilingue de 232 pages intitulé Tourist's Guide / Guide du touriste, de Québec à Ottawa, où il a présenté les principales attractions de tous les villages et de toutes les villes entre Québec à Ottawa. En plus du volet touristique, on y retrouve des notes historiques sur les principales villes, des lithographies anciennes des paysages ou des édifices d'intérêt, des annonces des multiples commerces « recommandables » (hotels, magasins, etc.) et des listes (députés, maires, etc.) comme on en retrouve dans tous les almanachs. Léandre a écrit ce livre à l'âge de 32 ans. Il s'agit là d'un véritable trésor, légué par le frère de l'arrière-grand-père de votre président (Guy), découvert tout récemment sur internet et mis en ligne à l'initiative de l'Université de l'Alberta.

  • Groupe de musique traditionnelle « Jusqu’aux p’tites heures ». Ce groupe comprend deux Fréchette, Daniel et Philippe. Voir : http://www.jusquauxptitesheures.com/a-prop 
    • Daniel Fréchette, violon, flûte, podorythmie, guimbarde, voix. Originaire de la région de Drummondville, Daniel détient un baccalauréat en interprétation du violon de l’Université Laval. C’est ainsi qu’on a pu l’entendre comme violoniste au Village Québécois d’Antan, dans le spectacle Céilidh Échos d’Écosse en tournée au Québec à l’été 2010 et en Écosse au printemps 2011 ainsi que dans les Concerts Fauniques de la Forêt Montmorency. Il prête ses talents d’arrangeur, mais aussi de compositeur pour le groupe Jusqu’aux p’tites heures depuis sa création. Voir : http://www.danielfrechette.com/ 
    • Philippe Fréchette: violoncelle, voix. Originaire de Drummondville, Philippe a commencé l’étude du violoncelle à l’âge de sept ans. Philippe a fait partie de la Symphonie des jeunes de Drummondville comme violoncelle solo pendant de nombreuses années. Il s’est aussi produit avec plusieurs groupes et ensembles, dont le Chœur Vocalys, Orchestres Symphonique de Drummondville, Chœur Bella Voce ainsi que lors du lancement d’album de Cœur de Pirate. Il a joint les rangs de « Jusqu’aux p’tites heures » en 2013.

  • Originaire de la région de Joliette, Guy Fréchette (aucun lien de parenté avec votre président), diplômé de HEC Montréal, administrateur de sociétés, retraité de Ernst & Young, et grand partisan des Carabins a offert 500 000 $ au programme de sport d’excellence des Carabins de l’Université de Montréal en octobre 2013. Ce don, effectué dans le cadre de la campagne majeure de financement de Campus Montréal, est le plus important jamais versé à un programme de sport universitaire francophone au Québec. Merci pour ce geste d'une grande générosité !
  • En août 2013, Jean-Denis Fréchette a été nommé directeur parlementaire du budget en remplacement de M. Kevin Page, à la Chambre des Communes du Canada. Économiste de formation, diplômé de l'Université de Montréal, M. Fréchette travaillait au service de la Bibliothèque du Parlement depuis 27 ans. Jusqu'à sa nomination à ce nouveau poste, il y agissait comme directeur de la division de l'économie, des ressources et des affaires internationales. Dans son communiqué, le leader du gouvernement à la Chambre des communes a mentionné que «Grâce à sa formation d'économiste, à son expérience du service aux parlementaires et de la gestion d'autres personnes qui oeuvrent également au service de ceux-ci, ainsi qu'à son respect du Parlement, M. Fréchette accomplira un excellent travail à titre de directeur parlementaire du budget». Il est le fils de deux de nos membres au conseil d'administration, Jean-Louis et Étiennette de Sainte-Madeleine. Toutes nos félicitations.

  • Les amateurs de vin connaissent déjà les « Sélections François Fréchette », un importateur de vins qui a pignon sur rue à Montréal. Sa fille Christine, vice-présidente et directrice générale de l'entreprise, a maintenant son site La sélection de Christine, qui permet de connaître ses découvertes parmi les meilleurs vins du monde.

  • Afin de rester dans le monde du vin, la grande ouverture du « vignoble Frichette », par Greg Frichette et sa femme Shae, a été célébrée en octobre 2013, à Benton City, Red Mountain dans l'État de Washington aux Etats-Unis. Greg est l'un des descendants de Stephen qu'on retrouve aujourd'hui principalement au Colorado et dans l'État de Washington, sur la côte Ouest. De cette région, le père de Greg, Jay Frichette, possède des talents de photographe et un intérêt particulier pour les vignobles. Bon succès !

  • Julien Fréchette est un jeune réalisateur, qui s'est illustré récemment avec le documentaire « Le prix des mots », sur le cas d'une célèbre poursuite baîllon. Bon succès !

  • Serge Fréchette a été nommé vice-président du Tribunal canadien du commerce extérieur en janvier 2006. Il est un avocat spécialisé dans les domaines du commerce international et des affaires réglementaires. Un ancien cadre supérieur au sein du ministère de la Justice et de celui des Affaires étrangères et du Commerce international, M. Fréchette a participé aux négociations de divers accords internationaux, notamment l'Accord de libre-échange nord-américain et l'Accord instituant l'Organisation mondiale du commerce. Il a représenté le Canada et d'autres parties dans plusieurs dossiers auprès de l'Organisation mondiale du commerce. Il a également été professeur auxiliaire de droit à l'Université d'Ottawa et il dirigeait son propre cabinet d'avocats spécialisé dans les questions de commerce international avant sa nomination.

  • Connaissez-vous la twittérature ? Jean-Yves Fréchette, qui a enseigné la littérature au Cégep F.-X. Garneau de Québec, s'y adonne avec un plaisir non dissimulé. Voir également cette vidéo où il raconte l'histoire du plus grand agro-texte au monde et de la twittérature. Il est aussi le père de Biz (alias Sébastien Fréchette) de Loco Locass et auteur de quatre romans à ce jour.. Voir également cette vidéo où il raconte l'histoire des ancêtres. Voir également cette vidéo où il nous prodigue ses conseils littéraires, diffusée en grande première lors du rassemblement du 25e anniversaire de l'association en octobre 2016 à Drummondville, en vue du lacement du concours Les Fréchette laissent leur trace.

  • Sylvie Fréchette, de Québec, a vaincu l'Everest. C'est avec intérêt que les Fréchette ont suivi les péripéties de cette native de l'Abitibi et mère de trois adolescentes. Sylvie a d'ailleurs publié un livre en 2009 sur son formidable exploit, intitulé « Une mère au sommet de l'Everest », où elle raconte comment elle a gravi l'Everest avec ses deux sherpas (un livre également recensé dans les médias). Voir également cette vidéo où elle se raconte. Toutes nos plus sincères félicitations pour ce formidable exploit d'avoir été la première femme chef de mission, la première femme de la Ville de Québec et une des toutes premières femmes du Québec à vaincre l'Everest !

  • Isabelle Fréchette, diplômée d'un baccalauréat en mathématique et d'une maîtrise en gestion, a mérité le premier prix du concours «Nouvel auteur» Archambault. Tome I, le tout premier roman d’Isabelle, a été lancé en faisant par le fait même la toute première œuvre officielle de la collection Nouvel auteur des Éditions Archambault. Toutes nos félicitations à la chamblyenne Isabelle !

  • Le rôle de Billie Frechette, maîtresse de John Dillinger, le célèbre braqueur de banques des années trente, est interprété par l’actrice française Marion Cotillard dans le remake de 2009 de Michael Mann intitulé « Ennemis publics ». Billie, de son vrai nom Evelyn Frechette (1907-1969), née sur la réserve Menominee au Wisconsin, était serveuse dans un hôtel. Elle a rencontré John Dillinger et elle a accepté de le suivre dans ses aventures. Elle a été arrêtée pour complicité en 1934 et relâchée en 1936. Elle est décédée en 1969.

  • Virginie Fréchette, de Shawinigan, a réalisé un film documentaire sur Bicolline, levant le voile sur ce site de jeu de rôle médiéval fantastique «Grandeur nature» de Saint-Mathieu-du-Parc. Bicolline, le jeu des jeux, a été présenté en avant-première en octobre 2009 à l'Espace Shawinigan. Toutes nos félicitations à Virginie !

  • Christine Fréchette, du Centre d'études internationales de l'Université de Montréal (CERIUM), possède une expertise unique. Elle est coordonnatrice de la Chaire d’études politiques et économiques américaines (Cépéa) et de la Chaire d’études du Mexique contemporain du CÉRIUM. Elle agit aussi régulièrement comme analyste de la politique américaine pour les réseaux télévisés, ainsi qu’au 93,3 FM à Québec. Parallèlement, elle dirige le Forum sur l’intégration nord-américaine (FINA), une ONG qu’elle a fondée et qui organise des activités sur des enjeux liant le Mexique, le Canada et les Etats-Unis. Elle est membre du conseil d’administration du North American Center on Transborder Studies de la Arizona State University et a antérieurement siégé aux conseils d’administration du CORIM, de l’Observatoire des Amériques (UQAM) et du CÉRIUM. En 2006, elle fut le premier choix au Canada du U.S. Department of State pour le International Visitor Leadership Program. Formée à l’École des HEC (spécialisation en économie) et à l’Université Laval (maîtrise en relations internationales), elle s’est plus particulièrement intéressée au cours de ses études, aux processus d’intégration économique régionaux (Aléna, Mercosur et Union européenne). Elle a également été consultante auprès du gouvernement du Québec sur les questions d’égalité hommes-femmes et a siégé pendant neuf ans (1996-2005) au conseil d’administration du Conseil du statut de la femme. Elle a milité pour le rapatriement au Québec de la caisse d’assurance parentale et a présenté en commission parlementaire l’idée de créer un congé de paternité non transférable à la mère, mesure qui a été adoptée. De 1996 à 1999, elle a travaillé à l’Assemblée nationale du Québec à la mise sur pied et au développement de la Confédération parlementaire des Amériques (COPA). Elle a déjà des publications à son actif sur le thème des enjeux linguistiques dans le contexte de la mondialisation, que l'on peut consulter sur le site du CERIUM. Félicitations !

  • Michel Fréchette travaille en communication depuis 1968. Il fonde sa propre boîte de communication en 1972 et, dès lors, il agit comme communicateur conseil auprès d’institutions et d’entreprises. Un matin tu te réveilles… t’es vieux! est le premier roman qu’il publie en 2003 et lequel lui a valu le grand Prix de la relève littéraire Archambault en 2004. Ce roman jette un regard à la fois tendre, drôle et ironique sur le temps qui passe et sur l’amour qui ne meurt pas. Toutes nos félicitations ! En 2005, il publie un second roman, Nature humaine de Biarritz Monnier et autres détours (la), où il explore avec justesse et humour nos forces et nos faiblesses, tout en offrant un regard tendre et apaisant sur les êtres capables d'amour et de vérité.

  • Sabrina Fréchette est une diplômée du baccalauréat ès arts spécialisé approfondi en psychologie de l'Université d'Ottawa. Sa moyenne de 9,9/10 lui a valu la médaille de la gouverneure générale, attribuée à l’étudiant ou à l’étudiante qui a obtenu les meilleurs résultats dans un programme d’études. Sabrina a également reçu la médaille d’or de l’Université, décernée pour la plus haute moyenne obtenue dans les programmes de la Faculté des sciences sociales. Toutes nos félicitations !

  • Marc Fréchette est l’un des trois comédiens qui ont participé à la pièce de théâtre La muselière ou l’art de déplaire, pièce présentée à l’été 2007 au Théâtre de l’Ile d’Orléans. Enseignant de formation, il a d’abord connu la scène grâce aux contes et à l’humour. En 2000, il a été le premier lauréat du Festival de la chanson et de l’humour le Tremplin de Dégelis dans la catégorie humour auteur-interprète. Marc fut aussi le producteur de cette pièce. Toutes nos félicitations !

  • Faites la connaissance de Guillaume R. Fréchette, professeur à New York University, titulaire d'un post-doctorat en économique à la prestigieuse Harvard Business School de Boston, chercheur au Cirano. Guillaume est né à Granby. Ses publications déjà nombreuses annoncent une carrière fort prometteuse, il est une étoile montante dans le monde de l'économie expérimentale, félicitations !

  • L’éducatrice Lucille Fréchet, entourée d’une montagne de livres et de petits projets insolites et amusants, élabore, enthousiaste, des ateliers originaux, qui accompagnent la plupart des expositions présentées au Musée national des beaux-arts du Québec. Ils sont fréquentés par de petits enfants éveillés à tout, dépourvus de préjugés sur l’art, prêts à laisser sourdre un pouvoir d’invention splendide, ou encore par des adultes sensibles, qui tentent l’expérience en portant tout un bagage de connaissances et d’inhibitions acquises au fil des ans. L’objectif : faire connaître les artistes et les expositions sous un tout autre angle, rendre l’art accessible autrement. Pour Lucille Fréchet, les enfants, surtout, ont la capacité d’y faire de grandes découvertes : « J’aime travailler avec les enfants. Il n’y a rien d’acquis, tout est possible. Ce qui est magnifique, c’est toute la découverte qu’ils ont à faire parce qu’ils n’ont pas encore de préjugés sur l’art. » Pour concevoir ses ateliers, elle dépouille sans cesse des livres d’art, de nature, de sciences, voit des films, compulse avec curiosité de nombreux documents pour enfin proposer aux participants la création de mobiles aux couleurs éclatantes, de personnages fantaisistes, de masques mystérieux, de fresques d’animaux qui prendront des allures étonnantes et superbes, entre petites et grandes mains. Son travail n’est ainsi jamais banal ni lassant, jamais le même. Tous les jours, depuis presque trente ans, elle le redécouvre avec une énergie heureuse (texte de Véronica Lè-Huu, revue « Au Musée », vol. 2, numéro 1, mai août 2004, p. 14).

  • Lucie Fréchette, docteure en psychologie, est retraitée du Département de travail social et des sciences sociales e du Groupe d'étude et de recherche en intervention sociale à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Lucie Fréchette a également agi comme membre du Comité de rédaction de la revue universitaire « Nouvelles pratiques sociales » ainsi que membre de la « Chaire de recherche en développement des collectivités ». Ses domaines de spécialisation sont les suivants : Prévention sociale, travail social en enfance-famille, psychologie de la mort et du deuil, coopération internationale (Amérique latine), psychologie communautaire, jeunesse et développement local. Parmi ses recherches, on compte des projets sur des thèmes tels que la contribution au développement social des Maisons de la famille, des cuisines collectives et des centres communautaires de loisirs, la migration des jeunes, le développement local dans les pays du Sud, etc.

  • Darren L. Frechette, professeur assistant en économie de l'agriculture au « Penn State's College of Agricultural Sciences » en Pennsylvanie, a reçu le prix 2002 « Roy C. Buck Faculty Award » en Sciences de l'agriculture pour son article « The Demand for Hedging and the Value of Hedging Opportunities. » Le prix a été fondé pour reconnaître le meilleur article de revue scientifique publié dans les 2 ans qui ont précédé par un membre de la Faculté de ce collège dans le domaine des sciences sociales ou humaines. Frechette a publié son article dans la revue « American Journal of Agricultural Economics » en novembre 2000.

  • Artiste peintre de la région de la Mauricie, Ginette Fréchette présente ses réalisations sur son site web. Née à Louiseville en 1949, elle réside à Yamachiche. Le goût des arts lui vient très jeune. Passionnée par le dessin et la peinture, elle s'adonne un certain temps à l'huile pour se diriger ensuite vers l'acrylique. Elle utilise maintenant ces deux médiums. Tous les sujets l'intéressent: paysages, natures mortes et portraits. Depuis 1990, elle donne des cours de peinture privés à des adultes. En plus d'avoir une carrière bien remplie, elle visite les galeries régulièrement et rencontre des ami(e)s peintres et échange dans le domaine des arts. Ses tableaux se retrouvent chez certains collectionneurs à Montréal, en Floride, en Belgique, en France, au lac Saint-Jean, à Trois-Rivières et dans plusieurs foyers de la région. Elle expose en permanence à son atelier situé au 471 Ch. du Canton Nord, Yamachiche, Qc, G0X 3L0.

  • Johanne Fréchette Perry est originaire de Montréal et a grandi à Los Angeles, Californie. Elle a passé les étés de sa jeunesse chez « les bleuets », dans les bleuetières de son grand-père au Lac Saint-Jean. Elle a gradué avec honneurs de l’Université Brigham Young (BYU), en Utah, dans le domaine de la danse musicale théâtrale et est l'étoile de « Polly, A One-woman Musical », qu'elle a exécuté plus de 140 fois du Pôle Nord (Alaska) à l'Arizona et de la Californie à la Virginie, et qui a été présenté à la télévision publique. Toutes nos félicitations ! Johanne et son mari, le parolier et chansonnier Steven Kapp Perry, se sont rencontrés pendant une tournée mondiale du groupe « Les jeunes ambassadeurs » de BYU. Ils aiment la musique, le jardinage, l’un et l’autre et n'importe lequel de leurs quatre enfants dormant durant la nuit.

  • Après une formation de comédienne à l’École Nationale de Théâtre où elle obtient un diplôme en 1973, Carole Fréchette a fait partie du « Théâtre des Cuisines » de 1974 jusqu’au tournant des années 1980. Elle a également partagé son temps entre l’écriture et diverses activités reliées à la pratique théâtrale; elle a été notamment responsable du théâtre au Service des Activités culturelles de l’Université de Montréal de 1976 à 1987, membre du Comité de rédaction des « Cahiers de théâtre Jeu » de 1984 à 1988 et agente au service du Théâtre du Conseil des Arts du Canada entre 1990 et 1993. Parallèlement à son travail de création, elle a assumé, de 1994 jusqu’en mai 1999, la présidence du Centre des auteurs dramatiques (CEAD). Elle se consacre maintenant essentiellement à l’écriture. Elle est, à ce jour, l’auteure de huit pièces dont on peut consulter sur Internet certains des résumés : Baby Blues, Les Quatre morts de Marie (prix du Gouverneur Général du Canada 1995), Les Sept jours de Simon Labrosse, La Peau d’Elisa, Jean et Béatrice, Morceaux choisis, Le Collier d’Hélène et Violette sur la terre. Cette dernière pièce, qui a été présentée au théâtre Périscope à Québec à l'hiver 2002, a reçu une critique fort élogieuse. Elle a aussi reçu de nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière. Elle s'est méritée le prix Siminovitch. Toutes nos félicitations !

  • Madame Suzy Fréchette-Piperni, infirmière consultante en deuil périnatal, au Centre hospitalier Pierre-Boucher, de Longueuil, s’occupe du groupe de soutien « Les rêves envolés ». Il s'adresse aux parents qui ont vécu la perte d'un enfant en cours de grossesse, à la naissance ou le décès d'un bébé dans les premiers mois de sa vie. Elle est l’auteure de « Deuil périnatal : comprendre pour mieux aider : guide d'interventions pour les infirmières », Longueuil : Centre hospitalier Pierre-Boucher, 1999, 147 p. Elle a aussi publié des articles dans des revues scientifiques : Suzy Fréchette-Piperni, « Rêves envolés : le rôle inestimable du médecin de famille lors d'un deuil périnatal », Médecin du Québec, octobre 1998, vol. 33, no 10, p. 93; Suzy Fréchette-Piperni et Chantal Verdon, « La perte d’un bébé pendant la première moitié de la grossesse », L’infirmière du Québec, janvier-février 2001, volume 8, numéro 3. Elle s'est mérité le Prix du meilleur article de formation ou de synthèse paru dans des revues destinées aux infirmières pour cette contribution Suzy Fréchette-Piperni, « La perte d’un bébé et les autres enfants de la famille », Soins Pédiatrie-Puériculture - N° 199 mars/avril 2001, éditeur MASSON. Toutes nos félicitations pour ce prix et pour le soutien que vous procurez aux personnes éprouvées par le deuil d'un enfant.

  • Le groupe La Bottine Souriante, maintenant un des groupes les plus populaires du Québec, excelle dans la musique traditionnelle dans des arrangements modernes et collectionne les prix de façon impressionnante. Parmi ses piliers, on remarque Jean Fréchette, fils de feu Hilarion. Tous les musiciens qui se sont succédés au cours des ans au sein de La Bottine souriante ont conduit le groupe aux plus hauts sommets, puisqu'il est maintenant connu et reconnu aux quatre coins de la planète. Le groupe La Bottine souriante a été proclamé par le magazine Dirty Linen : « The best band in the world ! ». Jean Fréchette excelle pour sa part au saxophone, au flageolet et à la clarinette. Toutes nos félicitations pour ton talent, ta virtuosité et ton entrain. Que ce soit à la télévision ou en spectacle, nous sommes nombreux à applaudir tes prestations. Un autre Fréchette faisait aussi partie du groupe au cours des dernières années, Denis Fréchette, mais il est décédé en 2008. Le groupe a aussi produit un disque compact de compilation de ses plus grands succès au cours de ses 25 premières années.

  • Le Père Richard Frechette est médecin en Haïti. Au cours des quatre dernières années, le Père Richard Frechette, C.P., a étudié pour devenir médecin au « NY College of Osteopathic Medicine » de l'institution « New York Institute of Technology », à Westbury, Long Island, d'où il a gradué. Le journal de l'école l'a surnommé l'« une des étoiles les plus brillantes de la classe de 1999 ». Le Père Rick a travaillé pendant plusieurs années, y compris dans les moments critiques de l'embargo et des soulèvements politiques, en Haïti, un des pays les plus pauvres, à la mise en place d'un orphelinat au sud de Port-au-Prince. Il a entrepris des études médicales pour venir davantage en aide aux enfants, tout en retournant à Haïti quand il le pouvait pour travailler à son orphelinat, où il amenait ses camarades de classe. Maintenant médecin, le Père Rick peut offrir aux pauvres de Haïti son expertise et ce, autant à titre de médecin que de prêtre.

  • Découvrez la femme-orchestre dans le cyber-espace. C'est ainsi que se présente Monique Fréchette, rédactrice d'une chronique hebdomadaire de l'itinérant électronique, rédactrice également de divers dossiers reliés au monde du travail et au syndicalisme. Découvrez aussi l'originalité des présentations des divers sites web édités par Monique Fréchette.

  • Les amateurs de musique se souviendront du duo Brault et Fréchette, composé de Manuel Brault et Jean-Pierre Fréchette, qui a connu bien du succès à la fin des années 1970. Le site permet de revoir toutes les chansons que le duo avait popularisées.

  • Peter Frechette est un acteur de la télévision et du cinéma américain, qui a joué de nombreux rôles dans les années 1980 et 1990.

  • À noter la parution du livre d'une cousine en France, Françoise FRECHET-LAOT, « La formation des adultes, histoire d'une utopie en actes, le complexe de Nancy », Éditions L'HARMATTAN, 7 rue de l'École polytechnique, 75005 Paris, France. Félicitations !

  • Une autre auteure française est particulièrement prolifique depuis quelques années, madame Hélène Fréchet qui, d'après la notice qu'on retrouve à la bibliothèque nationale de France, était en 1991, agrégée d'histoire et géographie, professeur de classes préparatoires au Lycée Claude Debussy à St-Germain-en-Laye. Elle s'attaque à des sujets historiques d'une envergure considérable. Qu'on en juge par ces quelques titres: Fréchet, Hélène, Histoire de l'Europe au XIXe siècle: préparation en AP Sciences Po., Paris: Ellipses, 1991, 384 p.; Fréchet, Hélène, Histoire de la France au XIXe siècle: préparation en AP Sciences Po., Paris: Ellipses, 1993, 335 p.; Fréchet, Hélène, Histoire de l'Europe au XXe siècle: sciences Po, DEUG, licence, préparation au CAPES, Paris: Ellipses, 1994, 352 p.; Fréchet, Hélène et Jean-Pascal Picy, Lexique de l'histoire politique de la France de 1789 à 1914, Paris: Ellipses, 1998, 287 p.

  • De 1998 à 2006, Louise Fréchette, diplomate, ex-ambassadrice du Canada à l’ONU (Organisation des Nations-Unies), a exercé le poste de vice-secrétaire général, à titre de numéro 2 de la prestigieuse organisation internationale. Elle a assisté monsieur Kofi Annan, secrétaire général de l’ONU. À lire, une entrevue en profondeur avec Louise Fréchette qui est parue dans la revue L'Actualité du 1er novembre 1998, de même qu'une autre plus récente, en 2005, parue dans Tabaret, la revue de l'Université d'Ottawa. Depuis son départ, elle assume la direction d’un projet de recherche sur l’énergie nucléaire, allant des implications politiques, économiques et environnementales de l’utilisation accrue de l’énergie nucléaire aux risques de prolifération des armes nucléaires, aux universités de Waterloo et Wilfrid Laurier en Ontario. En décembre 2007, elle a reçu un doctorat honoris causa de l'ÉNAP.

  • Notre cousin Richard Fréchette, fils de feu Louis-Philippe de Lévis, est un comédien qui a déjà une carrière bien impressionnante. En plus de jouer dans une quarantaine de pièces de théâtre sur les scènes de Québec, par exemple avec Jean-Marie Lemieux et Janine Sutto au Bois de Coulonge, à partir de 1986, avec la « Trilogie des Dragons », commenceront les tournées internationales. Depuis ce temps, il a joué un peu partout en Europe, Londres, Paris, Milan, Hambourg, Zurich, etc. Notons qu'il a joué deux fois au National Theatre de Londres. Il s'est rendu aussi jusqu'au Japon et en Australie. Au cinéma, il a joué dans les trois films de Robert Lepage: « Le Confessionnal », « Le Polygraphe » et « Nô ». À la télévision, certains se rappeleront sa participation comme cascadeur dans les « Insolences d'une caméra » de Alain Stanké pendant deux ans. Il a aussi tenu de nombreux petits rôles comme le médecin dans « La Petite Vie ». On l'a aussi vu jouer le personnage de Marcel Gariépy dans le téléroman « Radio » à la télévision de Radio-Canada qui a été présenté de janvier à avril 1999. Enfin, il est apparu, à l'automne 2002, dans la série « Bunker-le cirque » de Radio-Canada, dans le rôle de Jean-Paul Larue, sur les coulisses du monde de la politique.

  • Sylvie Fréchette, notre grande championne olympique, s'est illustrée à Barcelone en 1992 (médaillée d'or) et à Atlanta en 1996, dans la discipline de la nage synchronisée. On sait qu'après ses prestations olympiques et aux championnats du monde, elle a réorienté sa carrière vers le monde du cirque. Le 19 octobre 1998 était lancé à Las Vegas un spectacle du Cirque du Soleil, intitulé « O », où Sylvie Fréchette et Debra Brown ont conçu conjointement un spectacle de nage synchronisée. Ce spectacle du Cirque du Soleil est tout simplement grandiose, à en croire les critiques de partout dans le monde. En 2006, elle a poursuivi sa carrière avec le Comité olympique canadien au poste de Gestionnaire de programme - Programmes pour les athlètes. Elle fut également intronisée en 2006 au Temple de la renommée olympique du Canada, qui rend hommage aux personnes ayant servi la cause du Mouvement olympique avec distinction.

  • Il existe une communauté de 130 Frichette au Colorado, et plusieurs autres de la même famille au Missouri et dans l’État de Washington. Ils sont tous descendants d’un même ancêtre, Stephen David Freshett, marié à Emma Baker en 1871. Il est né en 1845 au Québec et est mort en 1895 à Macks Creek, Camden County, Missouri. L’un de ses descendants, Micheal R. Frichette, retraité de l’« Air Force » des Etats-Unis, co-auteur de « Les Fréchette d'Amérique », descendant de Jacques Frichet, a créé un site Web fort intéressant sur sa famille et a aussi constitué toute la descendance de Stephen David et Emma Baker. Il s'occupe aussi activement de deux forums de généalogie des Fréchette, Genforum et Rootsweb.

  • L’université de Moncton possède le Fonds René-A.-Fréchet, architecte à Moncton, N.B. et à Montréal. René-Arthur Fréchet, fils de Arthur-Pamphile et Christine Vallerand, descendant de Jacques Frichet, est né à Montréal, le 6 janvier 1879. Il a fait ses études à l'université McGill de Montréal et à l'École des beaux-arts de Québec. Il a gradué à l'École Normale de Laval, en 1896 et le 20 janvier 1900, il a reçu son diplôme d'architecte. Il a fait les plans de l'église-souvenir de Grand-Pré, N.É., de l'église de Scoudouc, N.B., et d'autres édifices des provinces maritimes. Il a épousé Elvina Cormier de Moncton.

  • Connaissez-vous les Indiens Menominee? On les retrouve aujourd’hui au Michigan et au Wisconsin, tout juste à l’Ouest du Lac Michigan. On retrouve aujourd’hui dans cette communauté 90 Frechette descendant d’un commerçant de fourrures parti de l’Ontario au 19e siècle, Moses (Moïse) Frechette, qui a épousé une indienne de cette nation, comme l’ont fait d’ailleurs plusieurs coureurs des bois ou autres aventuriers de l’époque.

  • Myles Fréchette a travaillé dans le domaine de la diplomatie américaine, à titre notamment d’ambassadeur américain en Colombie. Il a oeuvré en particulier dans le secteur de la lutte contre les narco-trafiquants en Colombie, ce qui lui a valu les honneurs distingués du département d'état américain. Décédé en juillet 2017 à l'âge de 81 ans, sa biographie est impressionnante.

  • Jean M. J. Fréchet, qui a étudié à Lyon et à Syracuse et qui a poursuivi sa carrière aux États-Unis, y enseigne la chimie dans des universités prestigieuses. On a annoncé son arrivée à Berkeley comme un événement à souligner, puisque l’université accueillait ainsi l’un des spécialistes les plus renommés dans le domaine de la chimie des polymères.